Vieillissement, traumatisme sonore, ou encore anomalie de développement, les atteintes de l’audition ont de multiples causes. Afin de maintenir une bonne audition, les prothèses ont gagné en efficacité.
D’une gêne auditive légère jusqu’à la surdité totale, les atteintes de l’audition touchent près de six millions de français. Ces chiffres ne vont pas s’arranger, principalement sous l’effet du vieillissement de la population, mais aussi de la montée des difficultés d’audition qui affectent les jeunes. D’après le dernier rapport de la DREES sur l’état de santé de la population en France, 9,2 % des personnes de 18 ans et plus déclarent des difficultés d’audition sévères pour entendre ce qui se dit dans une conversation dans un environnement calme ou bruyant. Ces gênes s’accroissent avec l’âge, atteignant 37,5 % des 80 ans et plus. Près de la moitié des personnes déclarant des troubles de l’audition sévères possèdent un appareil auditif. La 20ème journée nationale de l’audition, le 9 mars prochain, sera l’occasion de resensibiliser la population sur tous ces chiffres, et des mesures de prévention qui peuvent être prises pour préserver son audition.
Des efforts de recherche importants ont été entrepris dans la compréhension des mécanismes responsables des troubles auditifs. Aujourd’hui, on sait que la perte des cellules ciliées résulte en grande partie du déclenchement de l’apoptose (programme de mort cellulaire), qui dépend de la nature du stress. La connaissance de ces mécanismes a permis d’identifier des cibles thérapeutiques. Mais peu de solutions thérapeutiques existent. Une des seules solutions restent les aides auditives. Plus petites, plus performantes, connectées, rechargeables, bluetooth…, les générations de prothèses auditives arrivent en continu sur le marché. Elles sont équipées de microprocesseurs toujours plus sophistiqués. Les algorithmes sont également de plus en plus complexes pour retravailler le son capté et éviter le vent, le larsen… Il devient possible de piloter ses prothèses auditives via son smartphone, les ajuster et même géomarquer ses réglages. Si les aides auditives ne sont pas suffisantes ou inadaptées au type de surdité, des implants peuvent être proposés. Un champ de recherche dynamique, en attendant de pouvoir reconstuire les tissus auditifs endommagés.

Eric Lista est le Directeur Général de l'Agence CommEdition